Reiki Usui

Différences entre le Reiki traditionnel et le Reiki occidental

Deux grands courants, dans le Reiki Usui, existent : l’Usui Reiki Ryoho (le Reiki traditionnel) et l’Usui Shiki Ryoho (le Reiki occidental). Les différences sont parfois grandes et certains ne savent pas à quel courant Reiki ils appartiennent. Aucun jugement de notre part dans cet article, il s’agit juste de se situer. Cela n’altère en rien ce qui se passe dans vos mains.

En France, appartiennent à l’Usui Reiki Ryoho (Reiki traditionnel), les élèves dont la lignée passent par l’Usui Reiki Gakkai (colonne de gauche représentant l’association originelle créée par Mikao Usui, le fondateur). Il s’agit souvent des lignées passant par Hiroshi Doi (école Gendai Reiki). En font aussi partie les élèves ayant une lignée passant par Chiyoko Yamaguchi.

Les lignées passant par Hawayo Takata appartiennent à l’Usui Shiki Ryoho (Reiki occidental). Takata sensei a été l’élève de Hayashi et elle a modifié ses enseignements pour créer sa propre méthode de Reiki, “Usui Shiki Ryoho”.

Reiki traditionnel (Usui Reiki Ryoho)

Pratique de l’association O Reiki

  • 3 degrés enseignés : Shoden, Okuden, Shinpiden. Le niveau enseignant, Shihan, est à part. On prend du temps pour pratiquer avant de passer au degré suivant. Le chemin peut durer plusieurs années.
  • Transmission de reiju (= transmission d’énergie) qui réactive notre capacité à “canaliser” l’énergie. On en reçoit lors des stages mais aussi lors des ateliers.
  • Séances intuitives grâce à la pratique de byosen reikan ho, dès Shoden (premier degré).
  • Il y a quatre symboles (3 à l’Okuden et 1 au Shinpiden). Les symboles sont sacrés. Par leur pratique régulière, ils permettent d’accéder à des fréquences différentes de l’énergie et viennent nuancer les séances.
  • La méditation, le mûdra sacré Gasshô et les Gokai (= les préceptes) sont au coeur de la pratique et sont importants dans l’évolution personnelle.
  • L’objectif du Reiki est anshin ritsumei, c’est-à-dire la grande paix.

Reiki occidental (Usui Shiki Ryoho)

  • Les degrés, au nombre de 3 ou 4, peuvent être passés assez rapidement.
  • Les séances sont souvent protocolaires, une liste de positions des mains à effectuer est transmise.
  • Les symboles sont perçus comme magiques et ont de multiples utilisations, souvent éloignées de leur imprégnation culturelle japonaise.
  • Des rajouts peuvent être faits : symboles supplémentaires, utilisation de cristaux, prières, techniques provenant d’autres traditions… Même si cela peut fonctionner, ce n’est pas au coeur de l’enseignement qui nous a été légué. Il faut donc le signaler aux étudiants ou proposer ces ajouts dans des stages annexes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.